Smart watch : 30 ans d’innovation

Smart watch : 30 ans d’innovation

1982 –  Les origines : les premières montres intelligentes 

Existant depuis les années 1980, les premières Smart Watch non connectées étaient munies de fonctions permettant de réaliser des calculs, d’organiser son agenda, de faire des traductions ou tout simplement de jouer.

1982, Pulsar NL C01 de Seiko – 1998, WatchPad par IBM et Citizen sous Linux – 2003, Fossil Wrist PDA sous Palm OS

1982-NL-C01-Seiko 32855_614x327 800px-Fossil_Wrist_PDA_on_wrist


Les fonctions de ces montres comparables à ce que pouvait proposer un PDA de l’époque, étaient principalement dédiées à un usage professionnel.

Mr et Mme Tout-le-monde n’étaient certainement pas la cible, et même Mr et Mme Business ne s’y sont pas trop intéressés.

1999 – La Swatch Talk, la première montre téléphone

Difficile de trouver beaucoup d’informations aujourd’hui sur cette montre. Intégrant un GSM bi-bande, la composition des numéros s’effectuait à l’aide de boutons localisés en regard des chiffres du cadran.

Linternaute.com : http://www.linternaute.com/hightech/diaporamas/050928-montres-hightech/8.shtml

Swatch, la Swatch Talk

swatchtalk-gsm


2000 – L’Apple Swatch !

Non, vous ne rêvez pas : 15 ans avant l’Apple Watch, Apple travaillait déjà sur la thématique des montres connectées.

En 2000 avec Swatch, ils commercialisent la « Swatch Access« , une montre munie d’une puce RFID (identification par fréquences radio). Prévue pour donner des ordres à un ordinateur (par exemple « lire le courrier électronique »), elle servira surtout de pass-sans-contact dans les transports publics et les stations de ski, mais aussi de moyen de paiement dans certains lieux de vente.

Zdnet.fr : http://www.zdnet.fr/actualites/swatch-invente-la-montre-a-lire-le-courrier-electronique-2058322.htm

Swatch & Apple, Swatch Access

Swatch_Access


2004 – Les montres Paparazzi : Swatch & Microsoft

Après une association Swatch avec Apple, c’est ensuite au tour de Microsoft de se lier à Swatch d’avoir sa montre connectée.

En 2004, la Paparazzi est une montre permettant de recevoir des informations par « Microsoft MSN Direct » à travers un système RFID. Actualités généralistes, actualités sportives, météo, horoscope et messages MSN Messenger peuvent donc être lu par l’utilisateur de la montre.

Ces montres connectées deviennent plus petites et gagnent en esthétique, mais elles reproduisent l’échec commerciales de leur grandes sœurs.

Swatch & Microsoft, Paparazzi

00104114-photo-swatch-paparazzi


2009 – Les montres téléphones : 2nd round

Avec l’arrivée de la connectivité mobile 3G et des écrans tactiles, de nouveaux acteurs rentrent en jeu : Samsung et LG.

Ils se mettent à l’ouvrage et proposent le S9110 et le GD910, des montres-téléphone.

Les avis critiques tombent : « Vitrine du savoir-faire de la marque plutôt qu’objet pratique, la montre-téléphone est un concept futuriste pas inintéressant. Encore faut-il se familiariser avec une nouvelle façon de téléphoner et supporter une montre à l’ergonomie XXL autour de son poignet. » Conclusion de l’article au sujet de la Samsung S9110 par lesnumeriques.com

>> N’est-on pas avec ce genre de produit, dans le désir de prouesse d’intégration technologique, sans prendre en compte les usages et les besoins ?

Samsung S9110, LG GD910, 

Samsung-S9110-Watchphone lg-gd910


2014 – Les montres connectées actuelles

18 mars 2014, Google propose Android Wear, une version du système d’exploitation mobile Android conçue pour faire fonctionner les technologies dites « wearable » (…mettables… textiles, lunettes, montres connectées,etc.).

De nouvelles montres voient le jour : Motorola Moto 360, LG G Watch, Samsung Gear Live…

Cette nouvelle génération de montres connectées prend une nouvelle dimension et on nous annonce plus de 15 montres à sortir en 2015… Malheureusement, les ventes ne sont toujours pas celles que l’on pouvait s’imaginer !

Des spécialistes essayent d’expliquer ce phénomène :

Une étude du bureau d’analyse Jackdaw donnait deux raisons à cela : les fonctionnalités proposées ne sont pas assez utiles et les appareils ne relèvent pas tous les défis technologiques qu’ils suscitent.

Le directeur de recherche chez CCS Insight relève dans son analyse que « Quand on demande aux gens à quoi sert une SmartWatch, ils n’en ont aucune idée »

Pour ma part, la question peut se ramener à : « où est l’intérêt d’aller manipuler un écran d’à peine 2 pouces pour faire moins bien ce que fait celui de 6 pouces, à portée de la main sur le bureau ou dans sa poche ? ». Les cas d’usage sont quand même réduits.

Samsung Watch, Sony Smart watch 2

samsung_galaxy_gear_3a sony-smartwatch-2


2015 – Apple Watch

Et voilà Apple qui revient sur le marché en sortant l’Apple Watch.

Apple Watch

apple-watch-1 153090

Il est intéressant de suivre si Apple va réussir à faire rentrer dans nos vies cette « innovation montre » comme ils ont su le faire avec l’iPhone en 2007.

Pour cela, Apple mise gros sur la E-santé. Selon deux employés cités par le New York Times, Apple aurait investi une quantité astronomique de temps et d’argent pour concevoir des capteurs très précis afin d’enregistrer les paramètres vitaux. Ifixit en démontant la montre même identifié un capteur de mesure des gaz du sang de l’utilisateur, non dévoilé.

Ifixit.com : https://www.ifixit.com/Teardown/Apple+Watch+Teardown/40655

Apple Watch démontée

applewatchentrailles-800x410


 

Quel futur pour la montre connectée ?

Je pense que si les Smart Watch non pas brillé commercialement jusqu’à présent, c’est tout simplement parce qu’elles ne rendaient pas service à leurs utilisateurs, d’où le désintérêt des consommateurs à propos de ces produits.

Le succès de la Smart Watch sera très probablement lié à sa capacité à proposer de vrais services centrés sur certaines activités. Dans cette veine, les Sport Watch de Garmin offrent des fonctions orientées sport afin d’aider l’utilisateur à améliorer ses performances dans son entraînement.

Garmin, Fenix 3 et Vivoactive 2

hhdhddhdh-1423155223-We3U-column-width-inlineGarmin_vivoactive_2


 

L’Apple Watch, la montre e-santé ?

Quelle que soit la réussite commerciale de l’Apple Watch, et quelle que soit la masse des fonctions proposées, je pense qu’ils ont su trouver une vraie utilité : la e-santé.

La fonction « battements de coeur » largement critiquée, a pourtant un énorme potentiel car une montre capable d’être géolocalisée et de capter les battements de cœur pourrait très bien sauver la vie de personnes ayant des problèmes cardiaques.

La conception de Smart Watch est ainsi à poursuivre dans le sens d’une montre dédiée à la e-santé, rendant le produit non dépendant de la plateforme Apple et apportant une autonomie nettement supérieure.


Aurélien Melina Genet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *