SKULPT CHISEL / Comment évaluer le niveau de masse grasse ?

SKULPT CHISEL / Comment évaluer le niveau de masse grasse ?

Skulpt Chisel

l2ses4g2m2vfa2o9fb6x

Évaluer l’impact de nos efforts sur notre « niveau de masse grasse », de façon ciblée

https://www.indiegogo.com/projects/skulpt-chisel-the-future-of-fitness#/

Il existe de nombreuses polémiques sur l’évaluation de la masse graisseuse chez un individu. L’une d’entre elles porte sur le mode de calcul de l’IMC (indice de masse corporelle) qui ne prend pas en compte tous les paramètres nécessaires.

IMC = poids / taille(2)

Sachant qu’à volume égal, la masse grasse et le muscle n’ont pas le même poids … un individu musculairement plus développé que la moyenne peut être considéré comme en surpoids (c’est le cas de certains sportifs de haut niveau ayant un indice >30, ex : Teddy Rinner)

teddy-riner_100644_w250     echelle-imc

 

Une façon d’évaluer sa masse graisseuse est l’impédance mètre, système existant sur de nombreux pèses personnes. On envoi un courant de façon non invasive dans le corps, le comportement de ce courant permet d’évaluer la quantité de masse grasse présente, couplé au poids mesuré par la balance, on obtient une information relativement précise.

Afficher l'image d'origine

Dans le cas de Skulpt Chisel, l’information relevée est le comportement du courant uniquement (si j’ai bien compris). Ainsi, vous aller pouvoir comparer un « niveau » de concentration entre un muscle et un autre, sans prise en compte du ratio muscle / masse grasse

Je suppose qu’on rentre au préalable notre et poids et taille ce qui permet d’avoir une évaluation pertinente.Néanmoins la prise de poids n’est pas instantanée (la balance n’est pas toujours à disposition), ce qui rend l’analyse peu précise, surtout qu’on joue sur une évolution lente de la morphologie, malgré les efforts en salle de fitness.

De plus l’interface doit évaluer le rapport entre le « niveau » de masse grasse et le poids théorique du site spécifiquement mesuré (ex : le biceps). Mais si on prend la peine d’observer une population dans une salle de muscu, on se rend compte que les valeurs anthropométriques théoriques ne sont pas si facilement applicables entre petit rugbyman trapu, un pratiquant d’aviron de + de 2m est une sprinteuse aux membres inférieurs sur-développés.

 

Si quelqu’un peut m’éclairer d’avantage sur cette techno et sa pertinence,  je suis preneur !


Maxime Vaupres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *