Quand Disney vous offre un marketing viral sur un plateau dargent

Les innovations qui remportent le plus grand succès ne sont pas toujours celles qui présentent les meilleures solutions. Le plus souvent, c’est une multitude de facteurs indépendants du mérite de l’idée qui entre en jeu, dont le financement, le marketing ou tout simplement le fait d’être « au bon endroit, au bon moment ».

 

Aujourd’hui, l’influence que peut avoir le réseautage social en ligne n’est plus à négliger. Pour preuve : Le pneu Cyglo.

 

L’histoire est classique : un quidam croit avoir une idée de génie, dépose un brevet puis essaie, tant bien que mal et pendant de longues années, d’obtenir du financement afin de développer son idée et d’en vendre les licences.

 

Le concept est médiocre ou du moins inabouti, le brevet ne semble protéger que la méthode utilisée pour réaliser le premier prototype, et pourtant, l’intérêt se répand comme une traînée de poudre sur le web, poussant notre miraculé à recruter des distributeurs et à espérer industrialiser avant la fin de l’année.

 

Il s’agit d’un pneu de vélo comportant des LED encastrées qui, une fois en rotation, semble former par rémanence visuelle un cercle de lumière. Or un utilisateur de Twitter a remarqué la similitude entre cet effet et celui affiché par les motos high-tech de la très attendue suite du film culte Tron de Disney. De Twitter en blogs, de blogs en forums, de forums en Facebook, voilà qu’une foule de clients à travers le monde serait prête à acheter un tel pneu sur-le-champ. Un marketing viral gratuit… Mais fortuit. Reste à voir si le concept peu prometteur d’aujourd’hui saura être raffiné et industrialisé afin de devenir digne du battage qui l’entoure.

 

Un concept peu prometteur?
Si l’idée d’illuminer des roues de vélo n’est pas nouvelle (on pense aux motifs programmables affichés par les Monkey Lights, aux bouchons de valves ou catadioptres lumineux), celle d’intégrer les LED au pneu présente des défis d’industrialisation considérables et soulève des questions d’intensité de l’éclairage dans le temps (les LED ou leurs lentilles ne se saliraient et ne se dépolieraient-elles pas?). Sans oublier le coût d’un tel pneu, qui exclurait probablement son incorporation sur des vélos vendus en grande surface. Et la catégorie de consommateurs qui est prête à dépenser plus de 15€ par pneu de vélo sans broncher s’attendrait probablement à une plus grande qualité ou variété que cette gamme ne risque d’offrir…

Pour en savoir plus : http://www.nightbrighttyre.com/


admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *