Tatouage : à la vie, à la mort!

Le tatouage à vie existe depuis longtemps. Le plus vieux tatouage remonte à 3500 avant J.C. Cet ornement de la peau durable est à l’origine signe d’appartenance à un clan.

Aujourd’hui c’est essentiellement pour son attrait « esthétique » que le tatouage est répandu dans notre culture moderne. Mais certaines personnes regrettent ce geste et sont prêtent à tout pour le faire retirer. Selon une étude britannique, dont je n’arrive pas à trouver la référence, quasiment une personne sur deux souhaiterait se faire retirer son tatouage.

C’est un chiffre que je trouve inquiétant. Pour être tatoué et continuer à me faire tatouer je cherche à être sur de ce que je réalise avant de le faire. Déjà par le coût du tatouage, le temps passé pour la réalisation du dessin puis de la gravure dans la peau et enfin le coût et le temps passé pour le retirer qui est encore plus impressionnant que le tatouage!

En France un centre existe pour réaliser cette opération : Le centre laser international de la peau à Paris (CLIPP), http://www.centrelaserclipp.com/detatouage

Et quand on lit un peu la page pour retirer un tatouage il faut de 10 à 15 séances de 20min à 1H donc de 3H20 à 15H suivant le tatouage. Pour une modique somme allant 90 à 400 euros la séance… Donc de 900euros à 6000euros…!

Je pose plusieurs questions :

– Serais t’il bon de mettre dans les cabinets de tatouages un écritaux rappelant cette démarche?

– Quel regard avez vous sur cette « mode »?

– D’un point de vue psychologique ou sociologique, le fait de se tatouer n’est il pas un besoin de reconnaissance et du coup un besoin d’appartenance à un clan?

Pour finir sur une note plus drôle voici une vidéo très sympa sur le tatouage :

Pub Dermablend (Zombie Boy)Humour
Pour information, l’acteur est tatouée depuis quelques années à 90% se prénomme Rick Genest et se fait surnommer Zombie Boy. La vidéo est tournée à l’envers pour montrer l’impact des produits l’Oréal. C’est bluffant!


Damien Delacroix

Comments

  1. Mathias d'Estais Says: juin 24, 2014 at 9:53

    Personnellement – mais vision toute personnelle – je trouve que le tatouage de petite surface peut être un clin d’œil, un atour, mais que le tatouage de grande surface émergeant sur le corps « social », donc les parties couramment exposées en société, est le marqueur d’un refus des conventions induisant un rejet de la société… et il clair que la société le rend aux tatoués!!
    En l’occurrence Damien, ton corps social est discrètement tatoué et rentre plus pour moi dans la première définition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *