http://youtu.be/_rw3Cia9WZ0

Jaguar : Shere khan VS Bagheera

Le constructeur automobile Jaguar a mis en place un programme de recherche ambitieux visant à permettre au conducteur du véhicule « d’augmenter » sa faculté de perception de l’environnement.

L’objectif est d’améliorer la sécurité, non seulement des passagers, mais de l’ensemble des usagers qui se déplacent dans le même espace que le véhicule.

La perception du conducteur est fortement concentrée sur son champ visuel et ne peut, ni englober l’ensemble du périmètre du véhicule, ni faire abstraction des angles morts.

Pour parvenir à « augmenter » la perception du conducteur, Jaguar a développé de nombreuses aides permettant, soit de voir ce qui est caché, soit d’avertir de la présence d’un autre usager à proximité.

Cette démarche, très créative et innovante sur des axes multiples, est d’autant plus remarquable qu’elle a en particulier pour objectif de prendre en compte des usagers « fragiles », piétons et 2 roues en particuliers. Jaguar déroule un catalogue de solutions d’interface « sensorielles » très intéressantes. Des interfaces haptiques, agissant sur le corps du conducteur, l’informent de la présence d’un élément dans l’environnement proche du véhicule. Ce type d’interface agit sur l’utilisateur comme une « extension » de son corps au delà de l’enceinte du véhicule. Si un véhicule approche derrière moi, le coussin sur lequel mon épaule est appuyée réagit. On retrouve là une sensation proche de celle « vécue » lorsque l’on « ressent » la présence d’un individu proche dans une foule par exemple.

Jaguar propose probablement un  catalogue de solutions trop riche pour que l’ensemble des solutions soit transposable en l’état. Il sera probablement nécessaire de hiérarchiser et de privilégier des informations pour ne pas submerger l’utilisateur de stimuli.

Néanmoins on voit là une première étape vers la dématérialisation du véhicule et une nouvelle façon d’appréhender les relation « intérieur »/ « extérieur ».

Bénéfice non négligeable pour la marque de luxe, dans un marché où chacun montre ses muscles et cherche à affirmer son image, cette démarche est une bonne façon d’enrichir sa valeur perçue. Jaguar peut aujourd’hui combiner la force féline du prédateur viril et la douceur protectrice de Bagheera pour le petit Mowgli!


Jean-Yves Corbin

Comments

  1. Mathias d'Estais Says: janvier 27, 2015 at 1:39

    Ça me rappelle une étude comportementale américaine citée dans le « Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens » où l’on découvre une corrélation hyper lourde entre des critères taille/prix/ des voitures et le comportement non civique des conducteurs (respecter une priorité, laisser traverser un piéton, etc).
    Est-ce que les acheteurs/conducteurs de Jaguar vont changer de comportement? Sont-ils ceux qui ont justement davantage besoin de ces aides?
    Mais au fait… est-ce que Jaguar est vraiment dans cette définition de grosses voitures chères, ou bien les conducteurs de Jag sont-ils en fait porteurs d’un flegme venu d’Outre-Manche…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *