Chaussure et pied : “à la vie, à la mort” ?

Les pratiques culturelles peuvent parfois, au nom de la “beauté”, “d’une croyance”, ou de tout autres éléments, devenir de vrais contraintes pour l’individu, notamment d’un point de vue biomécanique et développement du corps humain

http://www.fastcodesign.com/3031112/exposure/the-last-living-chinese-women-with-bound-feet?partner=newsletter#9

C’est le cas des chinoises au pieds resserrés. Dans l’objectif de correspondre au standard esthétique qui lui permettra ensuite d’accéder au mariage, la taille du pied est contrainte et limitée par le port de chaussures “réduites”.

3685761_1_l
Le pied qui cherche malgré tout à grandir comme le ferait les racines d’un arbre, se voit suivre un axe de développement “osseux” tout a fait particulier. Les différents Métatarses du pied ainsi que les phalanges semblent de torsader et/ ou se rapprocher de la base du pied

   h

http://ilcourt.wordpress.com/2013/04/26/minimalisme-quels-bienfaits/

On imagine ainsi les conséquences que cette évolution contrainte peut avoir sur le pattern de marche d’un individu, avec l’absence de déroulé du pied.

De façon plus générale l’homme contraint son développement biomécanique par son activité.
Le simple exemple de la chaussure est parlant.

Image7Le port de la chaussure et son développement technique n’ont pas été sans conséquences. La recherche de confort et de performance ont en parallèle caractérisé la marche.

Prenons l’exemple de la course à pied. Votre vendeur d’articles de sport vous propose le choix entre une chaussure universelle, pronatrice, ou supinatrice. Ces orientations biomécaniques du pied sont la conséquence indirecte de l’évolution de la chaussure. Le port de chaussure contraint à terme une marche dite “naturelle” . Ainsi l’attaque du pied lors de la course ne se fait plus par l’avant pied, et l’attaque du talon permis par un amorti prend ensuite une direction particulière.

Peut-on dire que les chaussures répondent de plus en plus spécifiquement au besoin de l’utilisateur ? ou bien créent t-elles ce besoin ?


Maxime Vaupres

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *